AU FIL DU TEMPS - CORPEAURELLES

Samantha Mavinga est la chorégraphe de cette courte forme chorégraphique, co-écrite avec Sarah Hajar Bouchrita, Hendrickx Ntela et Raquel Suarez. C’est le premier projet d’une compagnie qui a vu le jour au sein du Tremplin Danse Hip Hop #3 et qui a déjà pu présenter une étape de travail de 7 minutes à Lille, lors de la Finale du Hip Hop Games 2018.

Ces artistes de la scène hip hop underground ont acquis un palmarès international et leurs carrières de compétitrices sont en pleine explosion. Avec leurs origines et parcours différents, elles souhaitent porter sur scène leurs différences tout en revendiquant une réelle union. Leurs intonations de voix, leurs couleurs de peau, leurs silhouettes, leurs traits de caractère, leurs convictions religieuses différent. Et la façon d’exprimer ceci par des énergies dansées également. Pourtant quelque chose de fort les rassemble. Ces différents états de fait ont ouvert une brèche pour le développement de la création.

A travers sa démarche interculturelle, le projet de Corpeaurelles porte des messages forts. Il dénonce le racisme, défend l’acceptation de soi, dans ce qui constitue nos singularités. Il invite le public à s’unir lui aussi et à rester curieux de tout ce qui l’entoure. Aussi, les artistes véhiculent un message positif d’empowerment pour toutes les femmes qui se battent pour leur place dans le hiphop.

L’existence d’un tel quatuor qui s’exprime sur les scènes des théâtres est, pour toute une tranche de la population, un vecteur de changement. Elles osent aussi la rencontre de disciplines souvent cloisonnées dans cette danse : Afro house, Hip Hop, Breakdance, Kuduro mais surtout, House Dance (énergie légère et aérienne) et Krump (énergie lourde et ancrée dans le sol). Ces deux dernières, d’apparence radicalement opposées, sont les danses de prédilection de la troupe.

Enfin, s’ajoute à ces univers tout le bagage en danses traditionnelles portées par chacune d’entre elles. Cette mixité culturelle supplémentaire, à travers des styles de danse, des silhouettes et des attitudes distinctes, se conjugue au reste pour former un mixité unique et un langage commun dont tout le spectacle sera la quête. Une quête pour un spectacle 100% hip hop et 100% féminin.

Le spectacle est né d’un constat et de leur volonté de le secouer. « Par notre éducation et notre environnement, nous sommes sans arrêt immergées malgré nous dans un système de croyances, de clichés, de visions sans toujours être conscientes qu’il y a d’autres influences à exploiter. Nous sommes imprégnées des conventions de l’éducation qui nous a fait grandir, du vécu et de l’expérience que nos parents nous ont transmis. Cette zone de confort, notre égo ou la peur nous empêche souvent de les dépasser. »

Au plateau, ces quatre femmes se projettent au 19ème siècle où les lavandières se réunissaient pour laver leurs linges. Au delà du cliché de la femme ménagère, cette situation représente un lieu de rencontres et d’échanges. Leurs linges représentent leur vécu, leur histoire, leur vie qu’elles mettent à nu sur le fil du temps. Elles traversent le passé ensemble vers l’avenir, symbole d’une mixité. Temps qui leur sert à échanger idées et connaissances grâce aux danses traditionnelles propres aux origines culturelles de chacune. La musique transmet au spectateur l’écho de ces échanges d’énergies par l’utilisation de rythmiques allant des percussions à la musique électronique.

"La nature ne se répète jamais, il n’y a pas deux gouttes d’eau ou deux flocons de neiges identiques. Chaque marguerite se distingue de ses semblables. Nous avons été conçues différentes et uniques. En acceptant cette vérité nous cesserons de nous comparer et de nous mesurer aux autres. Essayer d’être comme un autre revient à refuser la grandeur de notre âme. Nous sommes venues dans ce monde pour exprimer qui nous sommes et que nous ne faisons qu’un" - Extrait de "Transformez Votre Vie", de Louise Hay.

CORPEAURELLES

“ELLES“ car elles sont femmes de différentes cultures qui confrontent leurs identités contrastées: Samantha Mavinga, Sarah Hajar Bouchrita, Raquel Suarez, et Hendrickx Ntela.

“PEAU“ car leurs couleurs de peau noire, ambre et blanche traduisent leurs origines: congolaise, hispanique, marocaine et congolaise / angolaise. Gestuellement, chacune porte la mémoire de ses traditions et son propre caractère.

“CORPS“ car elles ont un corps en commun qui aspire au nous. Solidaires, rebelles et urbaines.

« Notre devise: S’assembler sans se Brouiller, Discerner sans se Séparer. »

Elles sont danseuses urbaines. Elles ont peaufiné des années durant leurs styles personnels Hip Hop, House, Breakdance, Krump, Kuduro et Afro House. En mixant leurs danses underground et leurs cultures d’origine, « Corpeaurelles » est un éveil. Il aiguise par le mouvement la conscience des influences qui existent dans leur vie. Être en phase avec elle-même leur permet de sortir de l’inconscience et de se connecter aux autres. Leur présence ne font plus qu’un.

De leur mélange de cultures, d’influences et de leurs personnalités qui s’affirment naît alors une osmose. Leur énergie commune explose. Elles se sont enrichies de la connaissance de leur corps et de leur partage. Désormais, plus fortes.

DIFFÉRENTES RESSEMBLANCES...

Selon l’origine ethnique de sa danse, chacune d’elles porte différemment son corps : positions naturelles, intensités, énergies, appuis, rythmiques diffèrent. Les musiques traditionnelles inscrites dans leur héritage diffèrent également. Mais faut-il s’y arrêter pour autant ?

« Nos origines sont ancrées en nous. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est de dépasser les clichés associés à nos peaux noires et blanches. Une personne de couleur ne doit pas danser forcément comme une noire ni une blanche comme une blanche. »

Progressivement, les positions, appuis, rythmes et énergies de chacune se transformeront. On ne distinguera plus le style de chaque danse car une nouvelle gestuelle se créera dans le moment présent qui témoignera de leur union, de l’éveil de leur conscience et de leur mixité culturelle.

SAMANTHA MAVINGA

D’origine congolaise, Samantha est l’une des danseuses hip hop belges qui représente son pays à l’échelle internationale. Elle a remporté de nombreuses compétitions en Europe (Juste Debout Barcelone, World Of Dance Angleterre et Italie, le Notorious IBE, All4House etc...).

Grâce à sa polyvalence en styles urbains (House Dance, Hip Hop, Breakdance), Mavinga se démarque de sa génération dans le milieu underground.

Elle a travaillé dans la création “Seven Step“ de la Compagnie Käfig basée à Lyon (chorégraphe Mourad Merzouki - CCN de Créteil) et par la suite, pour la pièce “Malcom X“ chorégraphiée par Junior Mthombeni, César Janssens et Fikry El Azzouzi (production KVS).

Actuellement, Samantha est chorégraphe pour plusieurs projets dont “One Nation“, un groupe de danse 100% féminin et une asbl qui encadre des jeunes de 12 à 18 ans à Liège ; “Aliens Reload“ ; «Corpeaurelles» dans le cadre du Tremplin Danse Hip Hop #3.

RAQUEL SUAREZ

Danseuse bruxelloise plurilingue originaire d’Espagne, Raquel représente la communauté House avec fierté en Belgique. Elle est passionnée aussi par le Hip Hop qu’elle pratique intensément depuis de nombreuses années, ce qui lui a permis de remporter le Battle Expression Urbaine en 2018.

Elle partage également volontiers son plaisir des danses latines (Salsa, Bachata...) et du flamenco traditionnel.

Son bagage, sa passion et son désir de partager l’ont poussée à enseigner la House Dance dans plusieurs villes de Belgique.

Raquel Suarez est aussi organisatrice d’événements pluridisciplinaires et créatrice de mode.

SARAH HAJAR BOUCHRITA

Danseuse française d’origine marocaine, sa soif de danser l’a conduite à suivre des cours de Hip Hop durant 3 ans. Ce n’est qu’à l’issue de cette formation aux côtés de Naïm qu’elle éprouve un vif intérêt pour la House Dance.

Elle remporte alors plusieurs compétitions en Europe dont le Battle International SDK, le Juste Debout Belgique, le Porto World Battle au Portugal... Sarah fait sa place dans la région parisienne et fait partie des danseuses House active dans le milieux underground.

Aujourd’hui, elle est chorégraphe de son propre solo “Al Warda “ avec lequel elle se produit en France. Elle fait partie de plusieurs compagnies dont Art-Track et Breakin’House.

HENDRICKX NTELA

Hendrickx Ntela est d’origine congolaise et angolaise, elle pratique plusieurs styles de danse urbaine comme le Hip Hop, le Krump, le Kuduro, l’Afro House, etc... Elle œuvre en tant que danseuse freestyle et est la seule représentante belge à l’échelle internationale dans la communauté du Krump.

Hendrickx a travaillé avec Brahim Rachiki ou encore Grichka, qui est un véritable pionnier du Krump en France. Elle a pris part à de nombreux projets culturels belges et étrangers dans le domaine de la danse urbaine.

Grâce à ces échanges et connexions, elle a pu acquérir certaines expériences professionnelles dont l’organisation de battles, d’évènements et la création de sa compagnie “Hendrickx Company“, composée de Krumpeurs, musiciens et slameurs. Elle fait également partie du crew de jeunes Krumpeur liégeois BBF 2.0, du groupe One Nation 100% féminin et polyvalentes et de Gully Fusion, un groupe international de Krump féminin.

FICHE TECHNIQUE

Chorégraphe : Samantha Mavinga
Interprétation et co-écriture : Sarah Hajar Bouchrita, Samantha Mavinga, Hendrickx Ntela, Raquel Suarez
Accompagnement artistique : Romuald Brizolier
Création sonore : Granvat
Création lumière : Jean-Jacques Deneumoustier
Costume : Sana Henni
Scénographie : Peter Mashcke
Production déléguée : Lezarts Urbains

REPRÉSENTATIONS

Maison Folie de Mons, dans le cadre du Mons Street Festival : 21 octobre 2019
Centre culturel Jacques Franck : 20 nov + 21 nov 2019
Lezarts Urbains Bruxelles : 8 mars 2020
Centre culturel Welkenraedt : 2 février 2020
Charleroi Danse : 8 mai 2020
Lille - Le Flow : 6 février 2020 (option)
La Louvière : 2 mai 2020)
Théâtre de Namur : 14 mai 2020

TREMPLIN DANSE HIP HOP #3

Ce projet bénéficie de l’accompagnement du Tremplin Danse Hip Hop #3, un projet coordonné par le Centre culturel Jacques Franck et soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles - Service de la Danse.

Les partenaires associatifs et institutionnels sont : le Théâtre Royal de Namur, la Compagnie Victor B, MARS – La Maison Folie à Mons, Charleroi danse, Lézarts Urbains, Grand Studio, la Cie Art Track, le Théâtre de Liège, le BIJ, le Central - Centre culturel régional de La Louvière et le Flow - Centre Eurorégional des Cultures Urbaines à Lille.