HISTORIQUE

L’histoire commence en 1977 lorsque des artistes et militants créent la « Fondation Jacques Gueux », du nom d’un chansonnier engagé dans les luttes sociales des années 1900. Leur objectif est de valoriser les cultures populaires et ouvrières, par souci d’émancipation sociale et de démocratie culturelle. Ils publient la revue “Rue des Usines” et montent le « Théâtre Jacques Gueux ».

Au seuil des années ’90, l’expression populaire et ses multiples formes artistiques évoluent considérablement. La fracture sociale et les métissages culturels génèrent notamment le mouvement Hip Hop (rap, break dance, graffiti, djaying…) ; de nouvelles expressions artistiques ouvrent le champ des « cultures urbaines ».

L’association est interpellée et se passionne pour ces courants puissants. Elle s’ouvre à l’émergence de ces formes et décide de travailler avec les artistes et les groupes qui les portent, afin d’aider à leur reconnaissance mais aussi de contribuer à leur développement.  Cette période a été marquée notamment par le festival « historique » Lezarts Hip Hop aux Halles de Schaerbeek en 1997.

A partir de l’année 2000, toujours soucieuse des inégalités sociales et culturelles, la F.J.G. investit quelques terrains dynamiques, sur lesquels elle a acquis une connaissance de fond, un savoir-faire d’organisation et une implantation en réseau : la danse urbaine, l’art graffiti, le rap, le slam et les nouvelles formes d’écriture issues des milieux populaires …

En 2004, la Fondation Jacques Gueux adapte son nom à sa nouvelle réalité et s’appelle désormais « Lezarts Urbains ».

Reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles, Lezarts Urbains est une association culturelle et d’éducation permanente centrée sur les cultures urbaines et les pratiques artistiques issues des milieux populaires.