30 MARS 2019
CCJF

FESTIVAL LEZARTS URBAINS 2019 #HumanTraffic

DANSE
Lezarts Danses Urbaines : S/T/R/A/T/E/S and guests

 Le 30 mars, les danses urbaines seront mises à l'honneur. Une journée de très haute qualité, avec des artistes extrêmement reconnus dans le milieu, entièrement dédiée à la danse. Une place sera aussi laissée au DJing, puisque le bar sera animé dans le plus pur style hip hop. A partir de 18h, le collectif de djs Bledarte animera le foyer avec Greg Lox. La rappeuse Caro Hakim aka Nephtys clôturera la soirée par un showcase !

Programme des créations:
Les élèves d'Impulsion Dance encadré par Taty Menda et Thierry Menda
« CANON » de Lila Magnin et Habib Ben Tanfous
« Khsara » de Betty Mansion
« HEYOKA » de Britt Mali Ryckebosch

  • « S/T/R/A/T/E/S » de Bintou Dembélé



Reconnue comme l’une des pionnières du hip hop, Bintou Dembélé adopte cette culture de la rue et de l’image qui façonne sa singularité. Elle fonde en 2002 la compagnie Rualité qui rassemble des danseurs hip hop venus de l’univers des Battles, des photographes et vidéastes, des chercheurs et des universitaires à la recherche de nouvelles formes d’engagement dans la représentation.

Les créations de Bintou Dembélé sont travaillées par des thématiques récurrentes : la question de l'identité, le regard sur les comportements humains et les évolutions de la société, la problématique de la mémoire et de l'histoire.

S/T/R/A/T/E/S

Passé fantasmé, passé silencieux, occulté par les siens, S/T/R/A/T/E/S est cette mémoire fractionnée où s’empilent les histoires de chacun. Le corps se déplace entre hier et aujourd’hui pour combler les manques. Comme une mémoire vive toujours brûlante d’actualité. Sur scène, un cercle tracé à même le sol. Rituel inspiré de la culture hip hop qui rassemble toutes les expressions. Espace de liberté et d’échange où les quatre artistes vont initier des états de corps venus du hip hop et du krump – deux danses nées de cette impérieuse rage de vie – qui revisitent cette mémoire.

Bruit des corps, des respirations, frappes des pieds des danseuses, improvisations de jazz, de blues et polyphonies d'inspiration africaine font résonner la violence des tensions et des intentions tout en donnant naissance à des gestes d’une infinie délicatesse.

Avec S/T/R/A/T/E/S, Bintou Dembélé évoque ses manques et ses ruptures avec une histoire sans transmission qui bouillonne en elle depuis longtemps. Elle l’exprime non seulement dans ce titre ainsi fractionné que dans sa performance faite de séquences qui se lient et se relient au fil du spectacle.

  • « CANON » de Habib Ben Tanfous et Lila Magnin



Lila Magnin est une chorégraphe et danseuse basée en Belgique, avec un univers visuel et musical authentique partagé sur scène comme sur les réseaux sociaux. Elle commence la danse à l’âge de 3 ans avec le Bharata Natyam et intègre à 18 ans la Juste Debout School à Paris.

Habib Ben Tanfous est basé à Bruxelles où dès l’âge de 15 ans, il se forme à la danse Hip Hop, aussi bien dans les écoles qu’en freestyle à “la gare”. Il collabore avec de nombreux artistes, dont les collectifs Impulsion et The Revolutionary des chorégraphes Aurel Zola et Max Deboeck.

Ce duo a été créée dans le cadre du Tremplin Danse Hip Hop #3, avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles, de Grand Studio et de Charleroi danse - Centre chorégraphique de Wallonie-Bruxelles.

CANON

Deux corps questionnent l'interdit sur un plateau à nu.
A quels moments s'interdit-on ?
Au profit de qui, de quoi ? Pourquoi cette pression ?
Passage interdit. Pansage interdit. Aspiration.
 

  • « Khsara » de Betty Mansion



    Betty Mansion est une danseuse/choregraphe influencée par le milieu Hip Hop et la danse contemporaine, Elle expérimente les 2 disciplines ensemble avec sa premiere piece " Khsara " avec sa compagnie.

    KHSARA

    Khsara signifie «fête » en langue arabe de la rue. C’est un mot que beaucoup de jeunes d’aujourd’hui utilisent à Bruxelles, pour célébrer la fête et la joie du moment présent. Cette pièce parle de la révolution par le lâcher prise. C'est une forme de rituel, qui fait monter l’énergie en crescendo.

  • « HEYOKA » de Britt Ryckebosch


    © Karolina Maruszak 

    Après quelques années de danse et de recherche sur sa véritable danse, Britt Ryckebosch est entrée dans un programme international de leadership pour artistes de danse urbains en 2017. Peu de temps après, elle a commencé son processus de recherche et a rapidement créée sa première pièce, HEYOKA.

    HEYOKA

    Heyoka est un être sacré dans la culture du peuple Lakota des Grandes Plaines de l'Amérique du Nord. Il s’agit d’un être contrariant, un bouffon et un satiriste qui parle, bouge et réagit d'une manière opposée à celle des gens qui l'entourent. Dansé et interprété par Jonathan ‘Dikàay’ Tshimanga, Israël Ngashi et Britt Ryckebosch, Heyoka est une création de théâtre/danse basée sur les émotions d’un homme et le pouvoir de l’empathie. Il s’agit d’une fusion de krump et de danse contemporaine

Infos pratiques

18H00 – Centre Culturel Jacques Franck
Chaussée de Waterloo 94
1060 St-Gilles

PAF :
7-11€ en prévente
8-12€ sur place
1,25€ Article 27

Infos et réservations : https://lejacquesfranck.be/event/s-t-r-a-t-e-s/2019-03-30/

Un festival en partenariat avec la Ville de BruxellesFédération Wallonie-BruxellesCocofCafé Des HallesCentre Culturel Jacques FranckEspace MaghCentre Tour à Plomb, Session Ca Danse, Belgium Unity, Fais le TrottoirAlohanewsASSOCIATION AFRICULTURBANEnd Of the WeakGive me 5 Prod.TarmacMidis de la poésieL-SlamTurtle MasterMJ Rezolution asblBledartePso ManCulture WildstationFullmixx ShowCracksoul (radio show)

FESTIVAL LZU 2019 #HumanTraffic